Michel ALLENOU: Circuit de 750km

Michel nous présente son vol du 4 aout 2018 au départ du Pic en Ventuse 2CX : 750Km au départ du CVVM.

Première tentative pour un circuit de 750km… faut bien de temps en temps se bousculer un peu 8-)

Décollage un peu avant 11h dans du mou…. 30km/h de moyenne jusqu’au pied du Lingas… ca commence fort ;-) A partir de là ça s’améliore petit à petit jusqu’à des plafonds à 2600m sur le plateau de Florac. Jusqu’à St-Chély-d'Apcher ça gaze bien et le moral est au top. Mais plus au nord, les plafonds descendent…. Au bout de la Margeride, on connait bien, c’est très humide et le petit passage à vide est inévitable. Avant d'arriver dans les espaces aériens de Clermont-Ferrand c'est au tour du contrôle de me demander de patienter avant de pénétrer leurs zones… La cadence ralentit mais néanmoins pas trop de soucis pour aller virer le premier point de virage an NE du Puy-de-Sancy (Le-Vernet-Sainte-Marguerite à l’Est de la Banne d’Ordanche).

Puy de Sancy

Au retour sur la deuxième branche, point bas pour raccrocher la Margeride (600m/sol…fallait s'y attendre) mais St-Flour n’est pas loin donc pas plus d’inquiétude que cela car devant c’est joli. Ca marche donc à nouveau pas trop mal jusqu’à la traversée de l’Aubrac, moyenne comme à son habitude mais correcte néanmoins. Par contre, entre la Canourgue et Severac-le-Château, le ciel devient bleu et il faut aller virer mon deuxième point (Saint-Rome-de-Tarn) sur la pointe des pieds. Ça passe mais il me faut vite partir vers le Causse-du-Larzac pour rechopper les premiers Cumulus.

La troisième branche s’annonce bien. Enfin les 3000m annoncés par Yvain sont atteints et bien que déjà en retard sur le timing (il est déjà 16h30 et il me reste encore 370 bornes à faire), le moral remonte…. GAZ! LOL Après avoir passé une nouvelle fois la Margeride, ca se gâte sérieusement et je me récupère sur le relief à l’Est de l’Allier, vers 800m/sol mais en local du Puy-en-Velay… Mais que c’est mou ! La convection en a déjà sérieusement pris un coup et ca commence à sentir sérieusement le roussi car il est déjà 17h40 et je dois encore virer Ambert à 190km du Pic :-/

J’arrive péniblement à remonter dans des petits varios et je décide de poursuivre vers mon dernier point de virage. Malheureusement, un peu après Allègres, plus un seul nuage… air mort et tout bleu. J’y crois donc plus beaucoup mais je décide d’aller virer le point en finesse. Advienne que pourra… :-?

Ambert 18h20 Ambert est enfin viré à 900m/sol mais vu les conditions d'huile, je commence déjà à regarder à quelle distance se trouve la ville du terrain avec dans l’idée d’y trouver un hôtel pour la nuit…. J’ai ma carte bleue donc tout va bien ! Quitte à poser à Ambert, je décide de m'attarder un peu et de m'éloigner vers l’Est pour essayer de gratouiller quelques restes de cumuls défaits. Je ne suis plus trop alors en “mode circuit” mais plutôt en “vol loisir”… A ma grande surprise, j’arrive à trouver quelque chose à grand-peine et à remonter assez haut pour pouvoir transiter à nouveau dans le bleu vers le Puy-en-Vellay. La ville y est plus loin du terrain mais bon, ils doivent bien avoir des taxis… 8-) Un vent de 20km de cul aidant, j’arrive à cheminer pas trop mal sous un reste de conflu mourante et du coup, Langogne devient jouable… c’est bien, on peut y dormir et je connais bien le coin (j’y vais souvent en ULM pour ramasser quelques champignons ;-) )

Une fois Langogne passé, ça sent vraiment la fin. C’est tout lavé devant et je suis à finesse 52 du pic. Impossible de tirer tout droit par le Mont-Lozère. J’ai Mende en Local et Florac est à F30 vent de cul donc jouable… Je prends donc vers le SO ; ca rapprochera et en plus on peut dépanner par air….

Le grand néant bleu jusqu'à Florac que je survole à 750m/sol et il est 19h40. Là, plus d’espoir de repasser l'Aigoual et c'est avec amertume que je vois, au loin sur les reliefs après Meyrueis, les vestiges défaits et grisonnants d'une belle masse d'air passée. Les boules…. échouer à 50 bornes du pic !! :-( :-( J’annonce défait à la radio, où René veille encore la fréquence, que je vais d'ici peu me poser à Florac. m(

Bon, avant de capituler, puisqu’il me reste encore quelques mètres à consommer, je pousse quand même un peu vers cette grosse masse grise… rien… rien…. 480m/sol… Ce coup-ci, c’est joué… F15 de florac, faut que je revienne sur mes pas… :-( :-( Allez, encore quelques secondes de plus pour faire finesse 20… on ne sait jamais… non rien…. …. … … tu.tu.tu.ti.ti.ti. ?? 8-O Que me chante ce vario ??? ti.ti.ti.ti.tiiiii ???? 8-O 8-O 8-O J’y crois pas … ça remonte !!!! :-P Trois vautours curieux (et j’ai bien vu à leur tête qu’ils n’y croyaient pas non plus), viennent me tenir compagnie dans cette montée ultime. Tiens, la pluie à l'Aigoual où quelques congestus bien affaiblis tirent une dernière révérence ?!? Pas grave, ce coup ci j’ai le local PIC et après 9h07 de vol et 754km bien éprouvants, je pose enfin au terrain à 20h07. 8-)

Congestus au Mont Aigoual & Lingas

Ce qui a été déterminant pour réaliser les 750Km:

  • Un départ convectif vers les 10h30 sur le plateau de Blandas.
  • Des plafonds globalement à plus de 2000m avec même des pointes vers 3000m aux meilleurs moments bien que très tardifs
  • Quelques résidus de convection en soirée qui s’alignent avec le vent sur les reliefs
  • ÉNORMÉMENT DE CHANCE SUR LE RETOUR TROP TARDIF… ;-)

Mais aussi…

  • Un bon météo (Merci Yvain pour tes “Oracles”) :-P
  • Un pilote remorqueur disponible pour me mettre en l'air au premier signe (merci Philippe)




Pour visualiser le vol: Cliquez ICI
Pour télécharger le fichier : zal750.igc

Par Michel ALLENOU, le 4 Aout 2018